408 références de fruitiers disponibles en ligne
Nos conseils /

Planter un arbre fruitier

La meilleure période pour planter un fruitier se situe entre la fin de l’automne et le début de l’hiver, soit de novembre à février.

La reprise sera plus assurée car le végétal est en repos végétatif et les racines auront le temps de s’adapter à leur nouveau milieu avant le débourrement printanier. Les plantations très tardives fin mars / avril sont à conseiller uniquement pour les terres lourdes, grasses et humides

L’emplacement

Il est important de réfléchir en amont au lieu d’implantation de votre fruitier. 

Pour cela il faut avoir conscience que cet arbre va grandir, l’imaginer dans l’espace à taille adulte. On prendra également en compte l’ensoleillement du lieu et l’état du sol, et on s’assurera que les différents critères sont en adéquation avec l’espèces choisie. Enfin, on laissera une distance minimum entre les arbres déjà présents et ceux à planter, pour leur garantir un espace vital optimum.

Haute tige : minimum 7 mètres de distance avec un autre sujet
Basse tige : minimum 4 mètres de distance avec un autre sujet

 Préparation avant plantation

Il est vivement conseillé de préparer le trou de plantation à la fin de l’été.

A l’aide d’une bêche et d’une pioche, remuer le sol sur un cercle d’environ 80 cm de diamètre et d’une profondeur de 40 cm à 60 cm, favorisant ainsi le futur développement racinaire.

Conservation de l’arbre

Vous venez d’acquérir vos arbres fruitiers mais ne pouvez assurer la plantation immédiatement ? Cela est très fréquent et il est nécessaire d’être patient si les conditions climatiques et de terrain ne sont pas idéales.

Il est primordial que les racines ne se déshydratent pas. Pour une conservation d’un jour ou deux, mettez vos arbres à l’abri des courants d’air et du gel (dans une cave ou un cellier non chauffé) et protégez les racines en les recouvrant intégralement d’un linge ou de toile de jute humide.

Pour une conservation de longue durée (une à trois semaines) nous vous conseillons d’enterrer les arbres dans du sable (ou de la terre légère) jusqu’au point de greffe.

Dans tous les cas, juste avant la mise en terre, nous vous recommandons d’immerger la totalité des racines dans l’eau durant trois à quatre heures afin de bien les réhydrater.

Plantation

A l’emplacement choisi à la fin de l’été, où la terre a été ameublie, creusez un trou d’environ 80 cm de diamètre et de profondeur adaptée à votre arbre.

Pour les arbres greffés, le bourrelet de greffe doit être placé de façon à ce qu’une fois le sol tassé, la partie basse du bourrelet se trouve à deux ou trois centimètres au-dessus du niveau du sol. Ne jamais enterrer le bourrelet car l’arbre s’affranchirait alors de son porte-greffe qui perdrait toutes ses qualités de production, de résistance et de rusticité. Assurez-vous de laisser au fond du trou, une couche d’environ 10 cm de terre ameublie.

Positionner l’arbre dans le trou préalablement creusé en vous assurant qu’il est bien vertical.

Ajouter de la terre ameublie et la faire pénétrer entre les racines à l’aide de vos doigts ou d’un plantoir. Vous pouvez remuer légèrement l’arbre pour faire descendre la terre sous les racines.

Sur les dix derniers centimètres, ajouter la terre que vous aurez préalablement mélangée à votre engrais organique (fumier, compost, copeaux…)

Fouler la terre en effectuant quatre à cinq pressions du pied tout en maintenant l’arbre vertical.

En surface, aménagez une légère cuvette d’arrosage et videz un à deux arrosoirs d’eau quelque-soit la saison, le but étant de faire adhérer la terre aux racines et d’éviter les poches d’air.

Tuteurage et protection

Il est conseillé de tuteurer l’arbres les premières années en attendant qu’il ait un bon ancrage.

Attention de ne pas « étrangler » le tronc lors de la fixation. Ne serrez pas le lien et n’utilisez jamais de fil de fer, préférez un lien souple en plastique ou un élastique.

En présence potentielle de lièvres ou de lapins, ajoutez un filet de protection à la base de l’arbre.

Enfin, couvrez le sol d’un paillis, l’idéal reste le copeau de bois qui garde l’humidité, évite la concurrence d’herbe et nourrit l’arbre en se dégradant.

X

Planter un arbre fruitier

Un pépin : l'ID produit est manquant ou l'ID fourni ne correspond pas à un produit variable.