408 références de fruitiers disponibles en ligne
Nos conseils /

Les maladies des fruitiers

La prévention est l’élément le plus important afin d’offrir une bonne santé et un équilibre à votre arbre. C’est la clef pour éviter et atténuer les maladies du fruitier. Nous sommes souvent les premiers responsables de l’apparition de champignons et bactéries pathogènes. Cela peut être dû à un excès de fumure ou de taille, un mauvais choix de variété, l’inadéquation entre l’espèce et le climat… Tout cela à des conséquences reconnues sur la santé de l’arbre et son devenir.

Même avec très peu de connaissances mais avec un bon sens paysan et jardinier, vous pouvez diminuer l’impact des maladies sur vos arbres.

CHANCRE

Choisir des variétés résistantes

Eviter les sols ou les emplacements trop humides

Privilégier la taille par temps sec, été comme hiver, sans gelée ni canicule.

Supprimer les chancres existants et désinfecter le matériel utilisé pour limiter la propagation.

Protéger l’arbre par une bouillie bordelaise, principalement après les gelées tardives ou le risque est élevé, ou sur les arbres touchés.

OÏDIUM

Privilégier les apports de fumure organique en automne et en quantité raisonnable. L’excès de fumure a un lien très fort avec le développement de l’oïdium.

Pratiquer une taille offrant une bonne aération des branches limite la stagnation d’humidité et donc l’apparition de l’oïdium.

Pulvériser du souffre mouillable dans le cas où on observe de manière prolongée un phénomène de différences de températures importantes entre le jour et la nuit, de juin à août. Cela a pour conséquence une rosée importante favorisant l’oïdium. On peut également poudrer l’arbre avec du souffre fleur qui aura une action curative.

Enlever les branches et feuilles atteintes car l’oïdium hiverne dans ces éléments et revient plus facilement l’année suivante.

GOMMOSE DU FRUIT À NOYAU

Résulte souvent d’une attaque extérieure : maladie, blessure de taille ou autre. L’arbre met en place ce procédé pour se protéger.

Couvrir dès que possible les grosses plaies de taille ou branche cassée par accident, à l’aide de mastic naturel à base de résine.

TAVELURE

Tailler correctement l’intérieur de l’arbre pour laisser l’air circuler.

Choisir des variétés résistantes. Les variétés récentes et non résistantes sont à proscrire.

Renforcer la plante par des applications de macérations et purins afin de rendre le végétal résistant à la pression du champignon et qu’il puisse guérir de ces attaques.

Appliquer du souffre sous toutes ces formes peut atténuer la pression en séchant les feuilles.

Eviter les branches qui touchent le sol et bien broyer les feuilles à l’automne pour que les spores du champignon ne réapparaissent pas l’année suivante.

 

CLOQUE

Éviter de planter vos fruitiers à noyau dans des zones ombragées.

Privilégier les variétés résistantes en pêche et nectarine.

Pulvériser un mélange de cuivre et de souffre mouillable avant le débourrement puis uniquement du souffre mouillable lorsque les bourgeons éclatent.

Appliquer de la macération d’ail dont la présence naturelle de tétra-sulfure complexe est très efficace contre la cloque. Une à deux pulvérisations peuvent suffire pour contrôler cette maladie.

MONILIOSE

Eviter les variétés sensibles et adapter le choix des espèces au fonction du milieu. Les zones ombragées et humides sont très favorables à la moniliose.

Désinfecter impérativement le matériel de taille pour éviter la propagation.

Tailler de façon à aérer l’intérieur de l’arbre qui est une source importante d’humidité et de développement de la moniliose.

Supprimer les branches et fruits atteints. Exporter et détruire ces éléments porteurs de moniliose.

Pulvériser de la bouillie bordelaise à l’automne et au printemps lors d’épisodes humides.

X

Maladies

Un pépin : l'ID produit est manquant ou l'ID fourni ne correspond pas à un produit variable.